Magnitudes

Magnitudes, installation interactive, 2004-2005.

Magnitudes est un environnement sonore, visuel et haptique actualisé par la présence et les gestes des visiteurs. Le dispositif prend la forme d’un object cubique auquel 5 enceintes acoustiques sont intégrées. En plus de ces enceintes dissimulées sous la surface de l’écran, un environnement sonore ambiophonique est diffusé dans l’espace périphérique.

La surface flexible du dispositif, qui sert de plateau et d’écran interactif, est recouverte d’une matière poudreuse blanche qui donne une matérialité à la fois aux images projetées et à la trame sonore généré. Les gestes des visiteurs sont retracés par des lignes accidentées qui disparaissent lentement. Cet « écran-matière » vibre selon l’activité détectée dans le lieu de diffusion et à sa surface; l’amplitude de basses fréquences diffusées sous la surface de l’écran s’accentue progressivement au cours de l’interaction et s’atténue lorsque les visiteurs quittent la pièce. Une expérience collective de l’oeuvre vient lier les actions des visiteurs selon leur degré d’implication par la création de lignes tracées entre eux.


Magnitudes, installation interactive, 2004-2005.

Magnitudes est un environnement sonore, visuel et haptique actualisé par la présence et les gestes des visiteurs. Le dispositif prend la forme d’un object cubique auquel 5 enceintes acoustiques sont intégrées. En plus de ces enceintes dissimulées sous la surface de l’écran, un environnement sonore ambiophonique est diffusé dans l’espace périphérique.

La surface flexible du dispositif, qui sert de plateau et d’écran interactif, est recouverte d’une matière poudreuse blanche qui donne une matérialité à la fois aux images projetées et à la trame sonore généré. Les gestes des visiteurs sont retracés par des lignes accidentées qui disparaissent lentement. Cet « écran-matière » vibre selon l’activité détectée dans le lieu de diffusion et à sa surface; l’amplitude de basses fréquences diffusées sous la surface de l’écran s’accentue progressivement au cours de l’interaction et s’atténue lorsque les visiteurs quittent la pièce. Une expérience collective de l’oeuvre vient lier les actions des visiteurs selon leur degré d’implication par la création de lignes tracées entre eux.